Mourlevat (Jean-Claude), La Ballade de Cornebique


"Chanson de chèvres" ? Non, mauvaise idée !
La Ballade de Cornebique, de Jean-Claude Mourlevat
Jean-Claude Mourlevat, La Ballade de Cornebique.
Paris, Gallimard Jeunesse, coll. "Hors-Piste",
2003, 208 pages.

Quatrième de couverture :

Si vous aimez les boucs, le banjo et les charlatans, les concours d'insultes et les petits loirs qui baillent tout le temps, alors laissez-vous emporter dans la folle cavale de l'ami Cornebique. Une fable drôle et survitaminée pleine de tendresse et de poésie.


Analyse du titre

Le titre, « La ballade de Cornebique », d'une forme laconique et présentée par un groupe nominal, reste très simple à comprendre. Il sera question d'un personnage nommé Cornebique. Peut-on supposer le caractère du héros en décomposant son prénom ? Cornebique pourrait alors être découpé selon ce modèle : « corne » et « bique ». Alors que le premier terme renverrait aux cornes visibles sur la tête de certains animaux (comme on peut le remarquer sur l'illustration de la couverture, on suppose qu’il s’agira d’un bouc ou d’un bêlier), le second rappellerait des expressions plutôt familières (« bique » renvoyant à la chèvre mais également à une personne âgée - « sale bique ! »).

Bien qu'on ne sait que peu de choses à propos du protagoniste de l'histoire, on peut supposer que ce dernier chante et/ou compose des mélodies (le complément du nom « de Cornebique » indique que c'est la sienne – cette ballade lui appartiendrait, il pourrait alors en être l'auteur également –, ou qu'il serait question d'un récit centré sur un personnage nommé Cornebique[1]). Le terme « ballade », grâce à sa polysémie, renvoie à divers champs lexicaux : d'une part, la poésie (dont le thème principal pourrait être une légende ou un haut fait, souvent rédigé sous forme régulière avec un envoi[2]) et, d'autre part, la musique (en référence aux ballades médiévales où chant et danse étaient unis). Quoiqu'il en soit, on peut s'attendre à un certain travail effectué sur la langue française, à une recherche de forme particulière (le texte sera-t-il mélodieux comme une chanson ou un poème lyrique par exemple ?).

Il est également notable que le titre du livre présente une difficulté lorsque celui-ci est présenté à l'oral : le terme « ballade » peut renvoyer à celui de « balade » (dans le sens d'une promenade, d’une marche), créant ainsi un calembour qui vient, dès à présent, prouver que l'auteur jouera certainement avec la langue française. Peut-on supposer que le personnage réalisera un voyage musical ? Seule la lecture le déterminera !

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[1] On retrouve souvent cet emploi d'appellation lorsque l'on désire nommer les légendes. Par exemple : la légende d'Arthur, la légende de Merlin, la légende de Tristan et Yseut, ...
[2] François Villon est certainement l'un des premiers auteurs à s'être illustré dans ce domaine avec « La ballade aux pendus ». Un autre exemple est l'extrait de la ballade du duel du premier acte dans « Cyrano de Bergerac » d'Edmond Rostand.

Extraits de "La Ballade de Cornebique" Pistes didactiques pour "La Ballade de Cornebique"
réalisé par Cédric
le 24 juin 2013
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site